Janel Holcomb dompte le Crusher In The Tushar avec les roues Allroad Pro

Accueil

Janel Holcomb dompte le Crusher In The Tushar avec les roues Allroad Pro

20Jul 2017

Ne vous y trompez pas : ce n'est pas parce que le Crusher In The Tushar a un nom cool que ce ne sera pas les 111km les plus difficiles de votre vie. Au-delà de cette distance, le Crusher comporte également 3048m de dénivelé en combinant routes goudronnées et chemins de terre à travers la forêt nationale de Fishlake dans l'Utah, sur les montagnes de Tushar. Pour couronner le tout, la ligne d'arrivée se situe à 3200m d'altitude.

Une journée comme celle-ci sur le vélo rend plutôt nerveux les quelques 600 participants du Crusher, et c'est exactement ce que ressent l'ambassadrice Mavic Janel Holcomb lorsqu'elle imagine à quoi pourrait ressembler cette course.

Si l'on compare le Crusher aux critères de la célèbre Dirty Kanza 200, le Crusher est une course relativement facile et de faible distance, où les premiers temps sont d'un peu plus de 4h pour les hommes et seulement 5h pour les femmes. Parce que les temps de course ne sont pas à 2 chiffres, comme cela est le cas pour le Dirty Kanza 200, et que les frais de participation sont relativement élevés, la course a attiré certains des meilleurs cyclistes issus de la route, du VTT, du cyclocross et du gravel aux États-unis durant ses sept ans d'existence.

Après un premier saut dans le monde du gravel cette année, Janel a pointé cette course sur son calendrier car cette course remplissait tous les critères qu'elle recherche au cours d'un évènement : un simple challenge en compagnie de ses amis.

“De plus en plus souvent, je suis approchée par des amis qui ont de bonnes idées sur les évènements auxquels je devrais participer", a expliqué Janel. "C'est ainsi que je me suis retrouvé à Beaver, dans l'Utah, pour le Crusher in the Trushar. Je ne connaissais rien sur le terrain, exceptées les statistiques vitales de 111km de distance et 3048m de dénivelé positif. Cela a suffit pour que je prenne mon Focus Mares monté avec les nouvelles roues Mavic Allroad Pro UST pour me rassurer face à l'inconnu.” A la base, la devise de Janel est ‘fais du vélo et tu voyageras’.

A propos des nouvelles roues Allroad Pro UST, Janel a reçu le nouveau jeu de roue quelques jours avant la course en sachant qu'elles offraient un avantage notable grâce à leur largeur de jante interne de 22mm. En effet, lorsque vous utilisez des pneus de gravel, tel le Yksion Pro Allroad XL monté sur ces roues, une jante plus large offre un meilleur support de la paroi latérale et un volume d'air accru.

“Bien qu'il s'agissait d'un montage de dernière minute avec les Allroad Pro UST, j'ai eu une grande confiance dans le système UST de Mavic puisque j'avais déjà passé une semaine sur les roues Ksyrium Pro UST durant la Haute Route Rockies et que je n'avais pas eu de crevaison au cours des 800 km de l'évènement.”

Cette confiance en l'équipement est une partie importante de la réussite au Crusher du fait de la descente principale où les coureurs atteignent plus de 80 km/h... sur le gravier ! Quoi qu'il en soit, Janel a expérimenté cela haut la main. “J'avais entendu dire que descendre la première ascension serait un vrai défi : tête dans le guidon, quelques basculements, vitesse élevée, modification des conditions de gravier... Je me faisais siffler par les gens, avec aucun 'Oh mon dieu' durant la descente. J'y suis simplement allé comme ça, avec ce montage.”

A mi-parcours, Janel a distancé la détentrice du record de la course et gagnante de l'année dernière, Melinda McCutcheon, ainsi que Larissa Connors qui a gagné le Belgian Waffle Ride plus tôt ce printemps. Mais ce n'est pas ce moment de la course qui a offert le plus gros défi.

“La partie la plus difficile de la journée a été l'ascension du col de Crush, c'était raide et le mercure était à la hausse.” Un changement de température inattendu et intense de 18°C qui a surpris les coureurs à environ mi-parcours, provoquant grêle et pluie une heure plus tard alors que les coureurs continuaient à se diriger vers des altitudes plus élevées.

“Alors que je roulais de la fin de l'ascension vers la ligne d'arrivée, quelques gouttes de pluie ont commencé à tomber et j'ai vu le ciel se couvrir alors que j'avais encore très chaud. Le tonnerre, la grêle et la pluie m'ont refroidi en emportant une grande partie de la poussière que j'avais accumulé sur moi au cours de cette journée, et j'ai roulé ainsi jusqu'à l'arrivée.”

Janel a gagné avec un temps de 5h 39s, et remporte un joli salaire de 1000$ pour ses efforts. A la fin, ce sont les bénévoles de l'évènement et l'équipement qu'elle a choisi qui l'ont aidé à franchir la ligne d'arrivée.

Après l'arrivée, Janel a déclaré, “La course a été parfaitement gérée par les bénévoles. J'ai eu la chance d'assister à de nombreux évènements étonnants au cours des derniers mois, et j'ai toujours été impressionné par les bénévoles et le soutien de la communauté. Durant la course, j'ai dû sourire et dire merci à toutes les personnes qui m'ont soutenu, ce qui m'a permis d'avancer jusqu'à la victoire malgré la douleur.”

“En venant avec mon montage UST, je savais que je ne pouvais pas crever...ou du moins je ne pouvais pas réparer cela...puisque mon sac de selle avait éclaté lors de la première escale et que j'avais perdu mes cartouches de CO2. Je me suis dit, ‘Tu sais quoi, tu ne vas pas crever'. J'étais confiante et cela s'est avéré être juste.”

Pour ceux qui seraient tentés d'essayer par eux-mêmes le Crusher in the Trushar en juillet prochain, n'oubliez pas de vous inscrire dès l'ouverture des inscriptions car les 600 places se vendent en une journée ! Plus d'info sur www.tusharcrusher.com.

 

Credits: Cathy Fegan-Kim

Haut